KikiOCha

M E S T R O U V A I L L E S , M E S I D E E S . . .

Anti Gaspi ! 14 janvier 2011

Filed under: Non classé — Kiki-O-Cha @ 12 h 50 min
Tags: , , ,

.

.

Je viens de découvrir un blog … et comme j’aime bien vous faire partager mes coups de coeur, eh bien me voila …

.

Bon, je vous raconte ; Dominique est apparemment une personne que les défis n’inquiètent pas et ça, j’adore. Quand on lui parle d’une technique qu’elle ne connaît, eh bien, sitot dit sitôt fait : elle se lance. Et nous en parle sur son blog MATHILDE BRODE.

.

C’est ainsi que dans son article, elle nous parle de sa découverte du Crazy. Regardez dans quoi elle s’est lancée pour un premier ouvrage ! Un coeur stylisé : un coeur n’est déjà pas une forme facile pour un début, mais en plus s’il est « stylisé » c’est-à-dire tordu, pas symétrique …Elle nous dit tout : QUI lui en a parlé, sur QUEL BLOG elle a visualisé le Crazy, le MATERIEL nécessaire, et les grandes lignes de la réalisation … tout ça dans des mots qu’on comprend toutes. Bref, elle dédramatise comme il faut.

.

Il y a 20 ans, le Crazy me bloquait : déjà, je ne faisais que du point de croix et les points spéciaux, je n’y connais rien ; idem pour le patchwork. En plus, j’aimais les ouvrages sobres, assez épurés … Tout ça pour dire que le Crazy et moi, c’était mal parti. Et pour tout vous dire, tous ces petits bouts dans tous les sens, ça me faisait un peu peur !

.

Depuis, j’ai « grandi » en Craft :

– j’ai appris les bases du patchwork (un stage d’une semaine tous les après-midis il y a 15 ans chez Loisirs & Création),

– les points spéciaux me font de l’oeil (merci pour cela à Dodo d’Halate et Maithé, avec leur CAHIER D’ECOLIERE),

– je me suis intéressée aux différentes dentelles (découvertes pendant les vacances)

– j’aime la toile de Jouy et même certaines décors en Shabby Chic

– j’ai appris à marier plusieurs techniques sur un même ouvrage

Bref, j’ai vieilli ! Ah, pas vous ? Z’en avez, de la chance  !

.

Cet article de Mathilde Brode m’a permis de remettre en cause l’avis que je me faisais du Crazy : en fait, pas de longs et fastidieux calculs (eh oui, même moi, ça me dérange !) car c’est juste de l’impro.

.

Cerise sur le gâteau : c’est archi-économique car on déstocke le stash.Vous, je ne sais pas, mais moi, comme je déteste gâcher (ben si, je vous l’avais dit !), JE NE JETE RIEN ! Du coup, j’accumule les restes, les petits riens parce que « ça peut toujours servir » … Il suffit d’un tout petit peu de préparation : on fouille dans les restes de tissu, on repère et on regroupe ! Ensuite une descente dans les « boites à rien » pour les restes de galons, de dentelles, de perles …

.

Pour faire baisser le niveau du sac aux mille tissus,  un seul coeur ne va pas suffire  ! Si comme les grands artistes, vous avez eu votre période bleue, vos lubies noir & blanc et vos passions pour les roses en tout genre, vous pourrez même envisager une SERIE d’ouvrages à thème ou même quelque chose de plus grand comme un gros coussin de sol ou un dessus de lit …

.

On peut même pousser le vice encore plus loin en faisant des swaps d’un autre genre : 500 g de chute de plusieurs roses assortis que votre petite dernière, contre ces noirs & blancs tellement tendances … ça vous tenterait qu’on s’organise ça, un de ces jours ? Eh c’est les soldes, je vous rappelle !!!

Pour évaluer les restes, on peut utiliser le poids (ça, au moins, c’est incontestable !) ou sinon on évalue la surface (mais non, on ne va pas CALCULER !!!!) en posant tous les petits bouts les uns a coté des autres ; non, pas tous en même temps ! Je vous explique mon idée : on dégage la grande table, on délimite un carré d’un mètre x  un mètre. Ca fait un mètre carré. Jusque là, vous me suivez ? Vous étalez vos bouts de tissu LES UNS A COTE DES AUTRES sur votre « carré étalon », comme ça vous avez une meilleure idée de la taille maxi de votre futur ouvrage … Si ça se trouve, vous allez pouvoir faire de jolies housses de couettes pour tous les lits de la maison …

.

Un petit truc au passage : demandez à votre charmante ado qui n’est jamais contente, de composer elle-même son assortiment ! Ca va l’occuper un moment, surtout si elle le fait avec ses copines ; ça va l’impliquer et p’tet même lui donner envie d’en faire (vous faites la couette et elle fait le coussin !) lol … Et puis au moins, elle ne pourra pas vous dire après-coup qu’elle n’aime pas les couleurs.

.

. La technique est simple : faire n’importe quoi ! Vous vous souvenez des « crabouillages » de l’école maternelle ? Eh bien c’est pareil mais avec des chutes de tissu … En plus, on est tellement fier de ces « ‘n’importe quoi » qu’on les met encore plus en valeur avec de jolis points spéciaux ! Les gosses vont vouloir en faire aussi, vous allez voir …

.

Bon  je vous laisse aller faire une visite chez Mathilde-Brode et réfléchir à tout ça ? ça en fait, des idées, tout ça !

.

.

Publicités
 

Le Stash, vous connaissez ?

.

.

J’aime bien aller me promener sur des sites américains ; d’abord, ainsi, j’entretiens mon anglais (mais non je ne donne pas plein de sous à un homme britannique, qui vit à mes crochets ! ah vous alors, rien ne vous échappe !) et en plus, ça me permet de vous ramener des nouveautés !

.

Pendant longtemps, j’ai entendu parler de « stash » (cékoicetruc ! ) et pendant longtemps, j’ai confondu avec la poubelle (celle qu’on a dans l’atelier et qu’on ne vide pas souvent !)

.

Et puis un jour, ça n’a pas « collé » car on parlait d’échanger des stashs !!! J’ai eu l’intuition de vérifier le dictionnaire ; eh ben j’ai bien fait car j’avais tout faux. Oui il s’agit bien de ce qui reste après notre passage dans notre atelier, tous les petits trucs qui traînent un peu partout et qu’on fourre vite fait dans un sac « en attendant ».

.

Un stash, c’est quelque chose qu’on a plus dans le coeur, que dans le vocabulaire ! En France, nous dirions plutôt notre petit fourbi sur un ton un peu attendri et bienveillant. De l’autre coté de l’Atlantique, il y a ce mot, qui est à la fois le Trésor de Guerre ou la Caverne d’Ali Baba ! Sacrément valorisant, vous ne trouvez pas ?

.

C’est vrai que dans ce bric-à-brac, on trouve tout et n’importe quoi ! Pire que dans le sac de Mimi Mathie. En tout cas, on y fait toujours des trouvailles qui nous comblent (oh tiens, j’avais oublié que j’avais ça ! rhoooo et ça ? …) et les enfants adorent souvent y fourrer leurs petits doigts (et certains chats de ma connaissance aussi, je crois ?)

Tomy, Blue, Rocky, Figaro, c’est de vous qu’on parle ! Et quelle petite fille ne nous a pas regardées avec des grands yeux nous suppliant de leur offrir ce petit bouton orphelin qu’elle trouve encore plus beau qu’un bijou de grand prix ? C’est bien un signe que ce mot « stash » est justifié, non ?

.

Les Zhoms râlent souvent après nos « petits » trésors (hé, ils ont le même avec leur quincaillerie) et adoreraient qu’une Mary Poppins les fassent disparaître. Au fait, il y a quoi dedans ? Pourrions-nous nous en séparer ? NOOOOOONNNN allez-vous vous hurler, y’a rien que des trucs qui peuvent encore servir. Ben voyons !

.

Si on fait « un peu » de tri (en gros !!!), on va y trouver :

– des boutons orphelins (un bouton de rab quand on a fait la robe de Coralie quand elle avait 3 ans, des fois qu’elle perde un bouton ! Sa robe, en fait, ne lui va plus trop, maintenant qu’elle a 15 ans ! La robe ? Oh y’a bien longtemps qu’on l’a donnée à la Croix-Rouge)

– des galons dorés (achetés en solde !!!!!!) pour refaire tous les coussins du bureau de Zhom (qu’on a finalement complètement redécoré en noir et argent – pas Zhom, le bureau !)

– ces adooooraaaaaables petits charms trouvés au dernier Créativa (ou l’avant-dernier ? avant ? 5 ans ? no comment)qu’on voulait offrir sur un petit tableau à la copine qui a habité si longtemps en Afrique … et qu’on n’a plus de nouvelles depuis … oh ça fait un bail ! Bon, les rhinos et les girafes, on en fait quoi ?

– la fourche, rescapée des années 70, qui nous permettait de faire de si jolis châles à l’époque ! (ben en fait je n’en ai pas fait depuis … facile, Giscard était encore Président !)

Bref, des trucs qu’on garde, parce qu’on n’aime pas jeter (on les aime, ils ont tous une histoire, un vécu !). Pourtant, soyons honnêtes, on ne s’en servira JA-MAIS ! Pourtant, c’est en super état, on va pas jeter, quand même ? (ça y est, c’est reparti !)

.

J’ai très envie de monter un vrai forum de troc, avec des albums, des photos détaillées etc) Bref on fait ça bien … Parce que nos vieux restes superbes petits trésors pourraient combler une copine. On a toutes des idées dans un petit coin du cerveau, mais dont on n’a jamais parlé, pourtant on veut vraiment les réaliser !

.

Au passage, si vous faites un tri, il y a un tuto pour faire une Chatelaine qui ne va plus tarder à arriver ! C’est quoi, une Chatelaine ? Allez voir Catherine, d’Opale d’Arthenice. Elle avait fait un très joli article sur cet accessoire très ancien des brodeuses, mais qui pourrait également séduire bon nombre de dentellières par exemple. Je lui ai proposé de répondre à sa place à des demandes de tutos qu’elle avait reçues sur son blog et elle a accepté mon offre. En attendant le tuto, allez donc lire son article très précis, cela vous permettra de rassembler  LES  jolis petits « restes » qui feront une Chatelaine à ne pas laisser traîner …

Dans les grandes lignes, il vous faut des restes de tissus (20 x 20 cm pour être à l’aise – des dentelles – des charms – du biais – tout cela en chutes de 20 cm environ !)

.

Pour revenir à ce forum uniquement dédié au « déstockage » par échanges sans histoires de gros sous (il faut bien se montrer raisonnable de temps en temps), j’aimerais qu’il y ait aussi des petites annonces (genre je donne mon ancienne MAC, vu que Nono a été super généreux, ou je cherche des vieux modèles) ou pourquoi pas des échanges de services (genre pour ma Chatelaine, je sais bien broder mais pas du tout coudre ! ou cherche fimoteuse pour me faire des boutons contre une fiche de broderie pour un ouvrage que j’ai déjà fait !)

.

Tout pour sortir des histoires de gros sous, pour revenir à des échanges, de la communication, de convivialité … Des moments précieux qui sont en train de disparaître .

.

.