KikiOCha

M E S T R O U V A I L L E S , M E S I D E E S . . .

Quand les renards tirent sur les chasseurs ! 15 janvier 2011

Filed under: Non classé — Kiki-O-Cha @ 16 h 15 min

.

.

Quand les renards tirent sur les chasseurs ...       Accusé, levez-vous !

.

Dans la région de Grodno, en Biélorussie, les renards savent se défendre contre les chasseurs. Ils vont même jusqu’à retourner l’arme du prédateur contre lui pour réussir à s’enfuir ! En effet, selon les médias russes, un chasseur s’est fait tirer dessus par un renard qu’il venait de blesser.

.

Après s’en être approché et l’avoir touché, il a vu l’animal réagir et lui sauter dessus. Durant la bataille, il aurait déclenché la gâchette du fusil, tirant alors une balle dans le genou de son prédateur. La douleur ayant fait lâcher prise au chasseur, le renard en a alors profité pour s’échapper en s’enfonçant dans les bois.

.

La victime a elle dû se rendre aux urgences pour se faire retirer la balle du genou et soigner sa plaie.

.

Fin de citation !

.

Décidément, j’adore cette région du monde. D’abord pour son climat : -40 en hiver, c’est une bonne moyenne, je trouve … En plus, les animaux sont vraiment sauvages.

En plus, les renards se syndiquent et tiennent tête aux chasseurs. Pourtant, on pourrait penser à une campagne diffamatoire de la part des chasseurs : les agences de presse ont beau guetter (âne, mon frère l’ane, ne vois-tu rien venir ?), aucun syndicat de renards n’a publié de communiqué de revendication … Sans rire, ça a dû jaser dans les forêts biélo-russes ! Entre les animaux bien sûr, les chasseurs restant cloîtés chez eux, au désespoir de leurs Matriochas d’épouses …

.

Ou alors, la guerre froide était justifiée et les spectacles de Chantal Goya n’avaient rien de merveilleux avec leurs aventures de lapins ! La pauvre Chantal, ce devait être dur pour elle de porter ce lourd secret politique de l’ancienne URSS … Y’a de quoi craquer, vous ne trouvez pas ?

.

Ou alors, c’est le nuage de Tchernobyl ? Vous vous souvenez, celui qui s’était arrêté juste avant la frontière française !

.

Nous en Europe, nous connaissions les arbres qui traversent les routes le samedi soir. Mais eux, ils ont des renards incroyables … En plus, ils sont bien organisés. Ben oui, quoi, vous avez déjà vu un renard ? C’est tout petit, c’est mignon comme tout … Trois bolets à genoux … Si petits, ils s’y sont forcément mis à plusieurs !

.

Moi dans tout cela, je me pose quand même une question : le chasseur, c’est un modèle hybride ou alors il marche à l’éthanol de betterave ? Non,c’est vrai, j’avais oublié que la betterave, c’est pas bon pour les neurones humains.

.

.

Publicités
 

Des minutes de vie inoubliables !

Filed under: LE BOUDOIR ! — Kiki-O-Cha @ 15 h 00 min

.

.

Vous êtes ronde ? Ca tombe bien ! Lisez un peu ..

.

Recherche mannequin pour

catalogue de prêt à porter féminin

.

   Nous recherchons pour notre prochain shooting catalogue de prêt à porter féminin du 38 au 52,

  une jeune femme taille 44 ou 46, âgée entre 20 et 30 ans.

  La prise de vues aura lieu en région PACA. – prestation rémunérée, et frais de transport défrayés.

.

Pour postuler envoyer vos coordonnées et photos à Talent@vivelesrondes.com

  (copier coller en objet du mail : VLR-CTP)

.

  Important : Seul les mails ayant en objet du mail la réf VLR-CTP seront pris en compte

.

.

J’ai une lourde révélation à vous faire sur mon passé : J’AI ETE MANNEQUIN … Non, pas à 19 ans, époque lointaine où Rahan, Fils de Crau, aurait pu m’enlever en par tirant par les cheveux, et où je pesais 50 kg ! A cette époque, les hommes ne me regardaient pas souvent dans les yeux, et pour cause !  A l’époque, ils se montraient « galants » et me laissaient passer devant eux … et je sentais leurs regards descendre vers le bas de mon dos.

.

Mon « Heure de Gloire » a eu lieu beaucoup plus tard, vers l’âge de 30 ans … J’avais alors divorcé d’avec ma garde-robe en taille 38/40, quittée pour un 48 ! Ma boutique de laine préférée vendait également du prêt-à-porter tellement prêt à être porté que je n’avais aucune retouche à faire et m’allait comme un gant … En plaisantant, la Gérante m’a demandé si je pourrais me lancer à défiler pour l’un de ses deux défilés annuels, pour présenter « l’autre bout de la gamme de tailles » ; l’une des minces ressemblait fortement à Diana, de l’Ile de la Tentation (pour celles qui l’ont vues). Je peux vous confirmer que le contraste entre nous était vraiment saisissant !

.

Vous me croirez si vous voulez, mais mes passages ont participé à relancer les ventes du PAP (non, pas celui qu’on va béatifier ! le Prêt-A-Porter … ) pour la boutique, et j’ai même eu mon mini-mini-fan-club ! Les clientes applaudissaient le passage de mes deux copines-toutes-fines mais c’est dans mes formes à moi qu’elles se reconnaissaient !

.

Au siècle dernier, j’ai ensuite défilé pour une créatrice lyonnaise spécialisée dans les grandes tailles, dans le cadre d’une manifestation regroupant plusieurs Jeunes Créateurs.

Je vous brosse le tableau : Lyon, place des Terreaux (celle où les jets d’eau sortent du sol) – un vrai podium extérieur en T, tapis rouge et tout le reste – des centaines de chaises disposées autour du podium – samedi après-midi au mois de Mars, dans un grand centre-ville – un déluge qui nous tombe du ciel depuis deux jours – une collection été – des notables (un député, un membre du gouvernement etc) – la TELE (M6 et FR3 Régions) – des interviews …

et nous  dans tout çà qui … nous démarquons en tous points des autres mannequins (notre créatrice est la seule à présenter des modèles pour rondes) ; pourtant, c’est autour de Nous que se pressent les journalistes. Pas des Minces, qui sont passées des regards curieux, amusés, voire ironiques pour passer en mode »Zieux-Révolver ». P’tet même AK47 ?

Dans la galerie où nous attendons, deux files : une ligne droite de rêveuses du Titre de Miss France au garde-à-vous d’un côté, de l’autre une ligne pas droite du tout, pleine de courbes en tous genres, cachant sous des papotages dignes de poulardes (la Bresse est toute proche !) un tact énorme (c’est le cas de le dire ). De toute manière, nous avons la consigne stricte de … RI-GO-LER ! Vous avez bien lu : notre Créatrice veut que nous incarnions LA Ronde Joviale et Epanouie (aux deux sens du terme !), nous sommes encouragées à rire, saluer le public, bref montrer notre bien-être.

.

et moi  dans tout ça qui … ai tout oublié de l’euphorie des interviews, sans même m’être rendue compte du départ des journalistes ; notre « courbe » (essayez donc aligner des filles très fortes de toutes tailles du 50 au 64, mais aussi du 1.60 m au 1.85, chacune avec sa  morphologie bien spécifique et personnelle ; c’est géométriquement impossible ) – je regrette de ne jamais vu de photos de cette file d’attente pourtant en couleurs – avec mon petit 50, je me sens toute « maigre », toute petite avec mes 163 cm ; peu à peu, nous avons fait silence, ce qui me permet d’entendre les lointains commentaires pour le public, des déclenchements d’appareils photos, des applaudissements aussi !

J’ai froid dans ma jolie tenue d’été toute légère aux couleurs pimpantes, dans cette galerie glaciale (un air humide et froid) car il n’est plus question de risquer de  froisser les tenues ou de nous décoiffer ; j’ai soif (mais je n’aurais pas le temps de remettre du rouge à lèvres !) ; j’ai faim (mais mon sourire serait moins « ultre-brite » ; je me sens prisonnière dans cette file d’attente.

Je me demande ce que je fais là ; je me sens d’autant plus misérable que je sors tout juste d’une procédure de divorce difficile et douloureux, et c’est mon premier défilé depuis mon retour au célibat … La dureté de mots, assez typiques du folklore divorcien, est encore fraîche et ma mémoire me renvoie soudain au visage une bien vilaine expression :  « grosse vache imbaisable » ! Une tape dans le dos me ramène heureusement à la réalité (toute à mes pensées, je n’ai as entendu le top départ). En quelques secondes, j’atteins le pied de l’escalier et j’entends à l’extérieur des centaines d’appareils photos qui se déclenchent, un gros brouhaha, des cris !

 

Arrivée sur le podium, je comprends enfin ce qui se passe : le déluge est terminé, remplacé par un grand et beau soleil ; au loin, des rampes de projecteurs et des caméras de télé ; et le public ! Incroyable ! Une bonne partie du public masculin est debout sur les chaises (le brouhaha, c’étaient les pieds de chaises déplacées en hâte par dizaines !), ils crient, ils sifflent, ils gesticulent, ils nous renvoient nos rires ravis et nos grands saluts ! Certains essaient même de nous rejoindre … Une vague gigantesque d’enthousiasme et d’amour avait investi la belle Place pavée. Notre accueil au retour dans les loges fut similaire et la soirée fut … « mémorable » … Une chose est sûre, c’est que nous ne nous sommes pas préoccupées des futures Miss-France et leurs AK47  …

.

Des minutes trop vite passées, dont j’ai pourtant gardé un souvenir grandiose et particulièrement bénéfique. Comme après un électrochoc, les mots doux divorciens ont été complètement pulvérisés, et ce sentiment de misérabilisme ne s’est plus approché de moi ! Désormais rassurée sur ma capacité de séduction et sans aucun régime, j’ai à fondu comme neige au soleil (27 kg en moins de 6 mois ! hé oui, quand même !), pour redescendre à une taille 42.

Pour assumer une féminité … Pour oser la jolie lingerie, les décolletés … Avoir un regard transformé sur moi-même et assumer pleinement qui je suis ! En guise d’objets-souvenirs, une cassette vhs de l’émission diffusée un dimanche soir en prime sur M6, quelques photos …  Mais ma transformation invisible reste LA chose importante.

.

Les filles, vous qui avez des rondeurs, défiler est un moment très particulier, que je considère comme LE baume universel pour apaiser certaines brûlures occasionnées par le regard des autres. Lancez-vous ! Vos blogs montrent tous les jours que vous êtes belles de l’intérieur, alors montrez-le ; soyez lumineuses, resplendissantes et vous  passerez le casting haut-la-main ; osez vous montrer vaniteuses, acceptez de provoquer de l’admiration ! Rassurez-vous, cela ne vous transformera pas en séductrices de haut vol, juste en « vraies femmes ».

Saisissez cette opportunité et croyez-moi, vous ne le regretterez ja-mais !

.

.